Gros plan sur la laine de verre

La laine de verre est un matériau constitué de sable et de verre recyclé. Elle est obtenue par fusion de ses éléments. Constituée de fibres enchevêtrées entre lesquelles l’air est retenu, elle est conditionnée en rouleaux, flocons ou panneaux. C’est un isolant thermique et phonique. Elle est également utilisée pour la protection contre l’incendie. Son usage, depuis sa découverte en 1938 par Russell Games Slayter, n’a cessé de se répandre. La laine de verre présente des qualités de résistance au feu et à l’humidité. Elle est naturellement imputrescible.  Très utilisé dans le bâtiment, ce matériau est certifié par l’ACERMI (Association pour la Certification des Matériaux Isolants). Au niveau de la protection contre l’incendie, elle est classée A1 (comme la plupart des laines minérales). La laine de verre offre l’avantage d’une bonne durabilité. Ses performances peuvent en effet durer plusieurs décennies. Son prix de revient est des plus abordables.

La laine de verre peut être utilisée sur des constructions neuves comme pour de la rénovation, pour des maisons individuelles mais aussi pour des logements collectifs, des bureaux ou des bâtiments professionnels… Elle est mise en œuvre pour l’isolation de sols, cloisons, toitures et combles mais aussi pour les gaines et cloisons techniques, les cheminées, les murs, aussi bien intérieurs qu’extérieurs…

Mise en œuvre

Facile à poser, la laine de verre est un isolant thermique efficace qui doit ses qualités isolantes à la quantité d’air immobile emprisonné dans sa masse. Elle présente une souplesse qui  permet des découpes et un ajustement précis à l’espace où elle doit prendre place. Ceci concourt à la qualité de l’isolation thermique.  Un pare-vapeur y est parfois intégré afin d’éviter les risques de condensation des parois. La laine de verre possède également des propriétés d’isolant phonique. Elle protège efficacement les lieux des bruits extérieurs et assure une bonne absorption acoustique. Vendue en rouleaux, panneaux rigides et semi-rigides ou en vrac, elle peut grâce à ces divers conditionnements être utilisée dans toutes les configurations qui peuvent se trouver sur le chantier. Déroulée au sol, placée entre les ossatures ou encore  soufflée, la laine de verre s’adapte aux conditions particulières du chantier.

Pour une isolation de combles perdus, la laine de verre est déroulée entre les solives. Le pare-vapeur doit être dirigé vers le bas. Si une deuxième couche d’isolant est nécessaire, le pare-vapeur de la couche supérieure doit impérativement être retiré et dans ce cas, l’épaisseur de la première couche d’isolant devra être égale à celle des solives. Une autre possibilité d’isolation pour les combles perdus est possible, il s’agit du soufflage de l’isolant, autrement dit de sa pulvérisation.

Pour l’isolation de combles aménageables, il convient de disposer les rouleaux ou panneaux, entre les chevrons (ou fermettes) sous la couverture en prenant bien soin que l’isolant touche la membrane de sous toiture afin d’éviter toute condensation. Une seconde couche peut être posée si cela s’avère nécessaire en fonction du degré d’isolation voulu. Dans ce cas, la seconde couche devra être croisée et fixée entre un contre chevronnage ou une ossature métallique suivant le type de charpente. Dans tous les cas veiller à disposer un pare-vapeur si l’isolant n’en possède pas.

Questions soulevées par l’utilisation de la laine de verre

Compte tenu de sa longévité, l’impact sur l’environnement de la laine de verre serait plutôt positif avec une économie d’énergie supérieure à l’énergie nécessaire à sa fabrication et à sa mise en œuvre. Par contre, son recyclage difficile, en raison de la présence de résine de phénoplaste dans ses constituants, ne joue pas en sa faveur. Ce point est toutefois contesté par le Syndicat National des Fabricants de Laines Minérales (FILMM).

En ce qui concerne les effets de la laine de verre sur la santé humaine, malgré de nombreuses études, aucune conclusion ne permet d’affirmer ou d’écarter l’hypothèse d’un impact sur l’homme. En 2001, le CIRC a modifié le classement des fibres constituant les laines minérales et les a fait passer au groupe 3 indiquant « ne peut être classé quant à sa cancérogénicité pour l’homme ». Ceci signifiant seulement que les éléments sont insuffisants pour conclure et non pas que le danger est absent.

Prêt à tester Nevoo ?

Essai gratuit 15 jours - sans engagement